Photographe pour Davy Croket depuis quelques temps déjà, Max, notre redac’ chef,  m’a envoyé cette année aux Vieilles Charrues. Très logiquement je devais arriver comme tout le monde jeudi et enchaîner les hostilités directement mais tout ne s’est pas exactement passé comme ça. Par un concours de circonstances plutôt improbable qui mêle planning pro, bougeotte et vieux copain, je me suis retrouvé à Carhaix lundi soir, accueilli par un joyeuse bande de geeks : Festiv’IT.

Festiv’IT, c’est une association d’une quinzaine de gars qui s’occupent du réseau sur quelques festivals comme La Route du Rock, Les Transmusicales de Rennes, Panorama, Papillon2Nuits, Vieilles Charrues etc.

C’est des types que toi, festivalier ne vois pas et dont tu ignores sûrement l’existence. En tout cas, c’était le cas pour moi avant.

Dans la vie ils sont informaticiens, ingénieurs dans les réseaux et télécoms, gestionnaires de parc informatique etc. et ils prennent des vacances ou posent des RTT pour apporter leurs compétences et leur savoir-faire aux festivals qui font appel à eux.

Sans eux, pas de réseau donc pas de téléphone ni d’ordinateurs pour les orgas, pas de wifi, pas de scanette pour ton pass à l’entrée et pas de bières non plus puisque pas de moyens de payement. Ouai, ça calme hein ?

Aux Vieilles Charrues, ils étaient installés à l’extérieur du site, dans deux Algécos et un conteneur le tout surmonté d’une grosse antenne entre les camions frigorifiques et leur ronronnement permanent et la régie technique et son balai incessant de Manitous.

Le premier algéco (qu’ils ont rebaptisés AlgéKro, Kro étant le gros sponsor bière des Charrues) c’est, en gros, la tour de contrôle. Quelques ordinateurs, un ou deux mecs devant, des téléphones et dès qu’il y à un hic, une équipe est envoyée sur place pour réparer le truc.

Le second Algéco, c’est le cœur du réseau. Des switchs en pagaille, des câbles partout avec de petites lumières qui clignotent dans tout les sens comme dans les films et, la clim. On a beau être en Bretagne, ça chauffe ces choses là !

festivit (16)

Le container, c’est le magasin. Lorsqu’ils cherchent un truc, c’est dedans. Sinon, c’est inquiétant.

festivit (34)

 

Et au milieu est dressée une table qui sert autant aux réunions qu’à boire des coups et où trônent côte à côte leur planning d’astreinte et ton planning de festival.

festivit (13)

Toute la journée, bien avant que tu n’arrives sur place, ils vont se répartir les tâches par petits groupes pour câbler les loges, installer le Wi-Fi dans les différents points de vente, raccorder les services etc. et vérifier, vérifier et encore vérifier pour que pour que tout soit prêt lorsque tu arriveras.

 

Et quand c’est fini ? Et ben comme vous et moi : Apéro !

Bref, tout ça pour dire que si un jour tu croises des types avec ce logo dans le dos, prends le temps de les remercier et de leur payer une bière, tu leurs dois bien ça et ils sauront te remercier !

Si tu es organisateur de festival ou autres joyeuseté, n’hésite pas à prendre contact avec eux si tu veux leur confier ton réseau. Leur boulot est à la fois sérieux, propre et carré. Sans jeu de mot tout pourri.

Il ne reste plus qu’à vous remercier une fois de plus les gars pour l’accueil et la découverte de votre monde, très bonne continuation et j’espère à très vite !

Facebook // Twitter // Site Web

FESTIV’IT

logoextractcarr_

Yvain Michaud pour DavyCroket

A propos de l'auteur

Chef de bord

Chef de meute. Tu me trouveras quelques part entre Bordeaux, Poitiers et La Rochelle, soit dans un festival ou dans une salle de concert.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.