10955377_877574678930399_26933346954621872_n

DavyCroket : Messieurs, enchanté, on va commencer par le début, pouvez vous vous presentez ?

Julien : Bonjour, je suis Julien, Guitariste du groupe Last Train qui est un groupe de Rock Brut et Honnête.

Tim : Bonjour, Tim, Bassiste du groupe Last Train.

Antoine : Bonjour, Antoine, Batteur du groupe Last Train un groupe de rock brut et honnête !

Julien : Last Train c’est 4 mecs à la recherche de la célébrité mais qui se rendent compte que en fait ils s’en foutent, l’important c’est de vivre ensemble ! (rires)

Davycroket : On vous a découvert à la Rock School Barbey l’année derniere et vous nous avez tout simplement bluffé !

Last Train : Génial ! Justement nous retournons sur Bordeaux en Septembre pour le Festival Ouvre La Voix.

Depuis ce moment nous vous suivons assez régulièrement et nous avons constatez une véritable ascencion pour vous ! (ndlr : Gagnant Printemps de Bourges, programmé à Rock En Seine, Route du Rock), comment vivez toutes ces péripéties ? 

C’est pas un succes, mais c’est vraiment géniale que ça prenne de l’ampleur. Il faut savoir que nous ne sommes pas arrivés du jour au lendemain à jouer à la Rock School Barbey par exemple. On joue tous ensemble depuis que l’on a 11/12 ans. Et c’est vrai qu’au bout d’un moment nous sommes arrivés à cette phrases de reflexion un peu clichés après nos études avec la grande question « Tu veux faire quoi après ? » « Je veux faire de la musique ! » .

On s’est posés et là on s’est dit ok, on va faire de la musique mais on va travailler très dur pour ça ! On a commencé à 4 à faire tout tout seul et maintenant on a une petite équipe autour de nous avec des personnes très interessante mais on reste décissionnaire sur tout. On apporte plus ou moins la stratégie.

Dès le début nous avions envie de faire le Printemps de Bourges, le festival Generik etc… Bien sur après il y a des dates qui tombent à côté comme Garorock ou Rock en seine, c’est juste invraisemblable mais on a tendance à dire que nous l’avons chercher aussi..

Quand nous sommes venus à la Rock School Barbey par exemple, on a fait des trajets de nuits, on a absolument pas regretté, c’était génial même si on était un peu serré sur la petite scene (rires)

Vous avez fondé votre label il y a peu, pouvez vous nous en parlez ?

Bah écoute c’est un peu ce qu’on disait avant, on s’est toujours dit que l’on voulait faire de la musique donc on veut vraiment le faire jusqu’au bout ! Il y a aucune volonté d’aller à l’encontre d’un autre label ou d’un tourneur etc..  C’était surtout l’idée de le faire soi même, de se repartir les tâches et là l’idée est venue assez simplement après..

Le vieux dicton dit « On n’est jamais mieux servit que par soit même » et bien pour le coup avec ce label on est pas loin de ce vieux dicton.  On fait notre propre album, on trouve des coups de cœurs, on croise des groupes sur la route. Au début de la structure on avait aucune notions de label etc, on a vraiment appris sur le tas, on a mutualisé nos connaissances et voilà c’est né comme ça.

Davy : Vous avez fondé votre label à seulement 20 ans, déjà une belle tournée qui s’annonce, vous avez enlevez le sommeil de votre mode de vie ? (ndlr : Cold Fame Records)

Last Train : Nos nuits tournent à 1h de sommeil en moyenne (rires), on adore la tournée mais tu vois nos moindres jour de repos, on les passent à faire toutes les démarches pour notre label etc.. C’est pas un succes comme on le disait precedement, on est vraiment conscient de tout le travail que l’on fait au quotidien !

Ce soir on fait Garorock, et c’est vraiment un rêve, on est festivaliers avant tout et là on se retrouve à jouer sur une des scenes, c’est vraiment plaisant !

A quand remonte votre vrai derniere grace mat’ ?

Quand on s’est mise la tête à l’envers à notre date sur Paris, on s’est levé à 11h je crois (rires). Mais on a pas trop le souvenir d’une vraie grosse grasse mat, on a notre label, notre agence de Tour, on a la partie musique, la partie tournée, ça nous laisse jamais de temps en fait.  Depuis que l’on a notre structure, on s’est jamais dis je me prends une grasse mat mais plutôt, je me prends une race (rires).

On a la chance maintenant de travailler que dans notre musique avant nous avions chacun un taff à côté, dans la restauration rapide ou même dans nos études…  Quand tu fais 21 dates en 25 jours, tu te laisses plus le choix, même si t’es malade ou mort, tu subis, mais on est jeune donc on s’en fout en vrai !

LAST

Vous m’arretez si je me trompes, mais dans notre webzine, nous sommes des passionés tout comme vous, on essaie de ne jamais regarder derriere, en visant toujours un palier supérieur, c’est pareil pour vous non ? 

Oui c’est un peu ça, par exemple tout le monde s’est focalisé sur le Printemps de Bourges mais nous on l’a pas vu comme ça, car derriere il y a Rock en Seine, derriere il y a Garorock, derriere il y a les Inrocks Philips, derriere il y a une tournée d’automne, derriere il y a le label, etc… Chaque étape à son importance et il ne faut jamais se reposer sur ses lauriers !

Qu’est ce que vous prearez par la suite, un EP ou un album en préparation ?

Il y a un album en préparation mais personne ne sait trop ou il en est, pour l’instant on a juste envie de tourner, faire beaucoup de dates, et l’album sera vraiment notre premier evenement car là on a seulement un EP 2 titres au finale. On a envie de faire les choses bien quitte à le sortir dans longtemps. On a vraiment envie de mettre toutes nos trippes dedans. Pour le moment on a quasiment 60 dates jusqu’à la fin de l’année .

Merci à vous les gars et à très vite sur Bordeaux… !

LAST TRAIN sur le Net

Facebook // Twitter  // Bandcamp // Cold Fame Records

A propos de l'auteur

Chef de bord

Chef de meute. Tu me trouveras quelques part entre Bordeaux, Poitiers et La Rochelle, soit dans un festival ou dans une salle de concert.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.