Ce qu’on attendait avec impatience est arrivé. Le groupe moustachu et groovy qu’on connait maintenant tous nous a concocté un album aux petits oignons, « Stachelight » sorti le 22 janvier 2016. Déjà, avec leur premier EP « Polishing Peanuts » en 2011, avait fait l’effet d’un coup de tonnerre sur le paysage musical français, montrant ainsi de quoi ils étaient capables. C’est en 2013 que sort leur premier album, « The Deluxe Family Show » qui nous a une fois de plus conquis. C’est donc en s’attendant encore à une pépite que nous entamons l’écoute de ce nouvel album.

Et pour ce dernier album, Deluxe a choisi de créer leur propre label, de quoi les rendre encore plus fiers de cette nouvelle pépite moustachue ! Leur deuxième album sort donc sous Nanana Production, et c’est Chinese Man Records qui est en charge de la promotion et de la distribution.

C’est toujours la même chose quand on écoute un album de Deluxe. On l’écoute sans y faire attention, et puis après on fait autre chose, mais l’air est dans notre tête, omniprésent, on réécoute l’album encore et encore et on commence à improvisé des pas de danse que notre corps ne connaissait pas jusqu’à présent. Un album de Deluxe est comme un jus d’oranges pressés le matin, l’effet d’un coup de fouet  !

Stachelight reste dans la directive des précédents EP et album que nous ont fait partagé Deluxe. On ressent cet atmosphère scénique, la musique est faite pour être jouée sur scène et la scène est faite pour qu’on y joue de la musique.

Deluxe-2-580x380

Alors on met le CD sur play et on découvre les chansons de « Stachelight » une à une. Et dès le premier morceau on est plongé dans l’ambiance deluxienne qu’on connait si bien, un morceau électro swing très dansant, on a envie de groover. Et si on croyait que tout l’album allait être du même acabit, on fait fausse route, on s’aperçoit très vite que les autres morceaux sont beaucoup plus calmes. Certains seront peut-être un peu déçus de ne pas retrouver toute l’énergie groovy et funky de ce groupe mais ça a le mérite d’être nouveau, de changer et on adhère.

Les six potes ont pour cela fait appel à plusieurs artistes de renom, aux horizons très variés, et on a alors un album assez cosmopolite. Et on entame la liste des artistes qui sont venus poser leur voix sur cet album par –M- et son timbre si particulier, qui sur Baby that’s you  donne la réplique à Lili Boy. Ce titre est juste délicieux avec les violons qui embellissent d’autant plus une chanson déjà belle et bien rodée. Et on apprécie le clip très artistique.

Il est également sur le titre Wait a minute, où on se retrouve plongé dans une toute autre ambiance. Ce titre est carrément plus effrénés, on a juste envie de courir en l’écoutant, ce morceau est à mettre immédiatement dans votre playlist « jogging » ! Le « Shalalala-lalala… » reste en tête et nous fait l’effet d’une pile Duracel ! Et on peut dire que les doigts de M se sont déchaînés sur sa guitare et nous offrent un superbe moment musical.

Quelle douce surprise d’entendre la superbe voix légèrement rauque et enrouée de Nneka sur le morceau « Bonhomme », un titre aux doux accents souls. Les instrumentalisations sont bien connues à nos oreilles habituées aux deluxeries : des cuivres, des sons électroniques, une musique groovy et bien rythmée comme on l’aime.

Deluxe s’attaque désormais au rap français en s’alliant avec IAM pour le morceau « A l’heure où ». Un lit de piano et de violon vient soutenir les voix de Akhenaton et Shurik’n qui interprète cette magnifique chanson, et une Lili Boy très posée et calme, pour rendre hommage à la musique qui est une lueur dans les heures sombres. Avec les attentats de Paris qui sont encore dans un coin de nos têtes, cette chanson résonne comme un appel à la résistance par la musique.

« A l’heure où tant d’âmes se demandent si le monde tiendra ainsi encore un instant, investit par les armes et les cendres des nuages noirs planant sur un amas d’existence, la résistance apparaît comme seule évidence »

Quand on arrive sur le morceau Ear, on ne peut qu’avoir envie de se poser, profiter de la musique, ralentir notre rythme de vie et s’envoler dans nos pensées sur la douce voix de Lili Boy. On croit continuer sur notre petit nuage de légèreté en entonnant l’écoute de My World, mais cette fois-ci des moments de symphonie prennent place avec force dans nos oreilles. Les morceaux survoltés de ces six musiciens sont à mille lieux de nos oreilles mais ça fait du bien aussi.

Et le meilleur c’est qu’ils jonglent à la perfection entre ce calme planant et le survoltant groove qui nous fait bouger. Par exemple, sur « Ohoh »Lili chante de sa voix calme mais lancinante sur une guitare sèche, un petit côté soul qui fait du bien aux oreilles. Mais on peut aussi parler de Tum Rakak qui est lent mais entraînant à la fois.

Malgré ces morceaux calmes et plutôt lents et légers, Deluxe n’a pas perdu sa fougue, ni Lili sa voix hip-hop comme le prouve Right there où l’on retrouve ce côté claquant, ensoleillé, mêlant scratch, rythme funky et rapides à base de percussions exotiques .

Mais « Stachelight » ne manque pas de nous surprendre et de nous montrer à quel point Deluxe peut être diversifié. En effet en écoutant « Seize your day » on a accès à un morceau beaucoup plus pop que ce dont on est habitué avec ces 6 musiciens. C’est léger, sautillant et on aime tout autant !

Si on devait caractériser cet album en un mot, nous pourrions choisir le mot éclectique, parce que cet album pioche dans plusieurs ambiances, plusieurs styles. Tous ces titres rassemblés sur cette galette viennent de multiples influences, mais ça semble couler de source. Tout est parfaitement filé et ça fait un ensemble musical juste génialissime ! Et même si c’est beaucoup moins groovy que ce que l’on a l’habitude d’entendre, c’est un album ensoleillé et positif que nous venons d’écouter.

Et vu le live que ce groupe a fait lors des Z’éclectiques, on peut s’attendre à du très très lourd quant à leur tournée. De nouveaux costumes encore plus colorées, de l’énergie à revendre, de la folie, tout ce qui nous a fait tomber amoureux de ce groupe. Bref ils en ont encore sous le coude ! (ou sous la moustache…)

DELUXE sur le net

Facebook  // Site // Instagram 

A propos de l'auteur

Chef de bord

Chef de meute. Tu me trouveras quelques part entre Bordeaux, Poitiers et La Rochelle, soit dans un festival ou dans une salle de concert.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.