odesza-in-return

ODESZA est un parfait exemple du groupe qui a su utiliser les internets pour partager ses créations musicales et se construire une véritable crédibilité publique et critique : en effet, actif depuis 2012, le duo issu de Seatle a inondé la toile avec des hits tels que My Friends Never Die, Sun Models, ou encore leur remix de Faded de ZHU, tout en menant en parallèle une carrière IRL explosive. On citera, par exemple, leur récente performance à la dernière édition de Coachella ou encore leur tournée mondiale actuellement en cours qui connaît déjà quelques dates Sold Out, dont certaines plus d’un mois en avance. Une véritable star story !

Leur premier opus, Summer’s gone étant déjà vieux de deux ans, c’est en toute logique que l’on attendait la suite de leur épopée sonore. Et, comme vous le savez peut être, c’est là que réside tout le danger : pour tous les groupes ayant connu un succès fulgurant (et c’est bien le cas ici) avec le projet ayant ouvert leur carrière musicale, le cap du second album est très sûrement le plus dur à passer. Il est en effet sans cesse comparer à son prédescesseur,  toute tentative de renouvellement trop audacieuse risquant de décevoir tandis que toute répétition trop flagrante des recettes qui ont fait le succès du premier projet sera implacablement condamnée (des groupes comme The Klaxons ou encore The XX ont méchamment trébuché sur cet écueil, et ont encore du mal à s’en remettre alors qu’on leur promettait une glorieuse carrière).

Bien heureusement, ODESZA a franchi cette étape haut la main avec In Returns, sorti en ce début septembre : tout en restant dans l’univers de leur début, une chillwave accompagnée de vocals RnB, Clayton Knight et Harrison Mills ont clairement gagné en assurance et en maturité. Dès la première piste, Always This Late, on se retrouve face à face avec une composition lêchée et dynamique qui nous propulse directement dans les étoiles. Avant même d’avoir eu le temps de reprendre notre souffle, la duo balance son va-tout : Say My Name, en collaboration avec la chanteuse  Zyra (que l’on aura l’occasion de retrouver plus avant dans l’album), qui a déjà dépassé le million d’écoutes sur soundcloud. Une délicieuse ballade, douce mais entraînante, qui propulse son auditeur en plein coeur des nuages.

Après ce choc d’ouverture, l’album se déroule tranquillement même si l’on retrouve quelques perles, comme le splendide White Lies et sa production (presque) electro-beat excellente qui met en scène des lignes de synthé juste époustouflantes, ou encore le très délicat et mystique Kusanagi qui évoque un voyage au pays du soleil levant, on regrettera cependant quelques lourdeurs vocales. En effet, et c’est peut être le plus gros bémol de ce projet,  les productions éthérées du duo sont par moment assez violemment pesées par des tours de voix superflus, comme sur All we need (en featuring avec The Shy Girls), ou ponctuellement sur quelques autres morceaux. On a certes affaire à de belles performances, mais hélas complètement hors-sujet, du moins à mon sens.

Si j’ai été étourdi par les deux premiers morceaux, je ne me remets toujours pas des deux derniers, qui sont  largement au-dessus du lot : ce joli projet se clôt en effet avec le très beau It’s Only, où l’on retrouve cette même Zyra au top de sa forme, et  l’indescriptible Koto, mon coup de coeur, qui ressemble à une  invocation de quelques étranges esprits. Des incontournables.

Si vous voulez prolonger le plaisir, sachez que le groupe a lâché en téléchargement gratuit les stems (partition) de Say My Name dans l’optique d’organiser un concours de remix. Pour l’instant, on donne sans hésitation la palme à The Geek & VRV qui ont balancé sur Soundcloud une relecture audacieuse de ce titre, en attendant de voir ce que d’autres producteurs ont à proposer. Si vous aussi vous voulez tenter votre chance, ça se passe par ici : https://wavo.me/odesza/say-my-name-remix-contest.

ODESZA sur le net

Facebook// Twitter // Youtube // Soundcloud

A propos de l'auteur

Chef de bord

Chef de meute. Tu me trouveras quelques part entre Bordeaux, Poitiers et La Rochelle, soit dans un festival ou dans une salle de concert.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.