Disponible depuis le 26 mai dernier, le troisième album des célèbres bretons de Stand High Patrol, mené par PupaJim, Mac Gyver, Rootystep et Merry est enfin disponible !

Le collectif a décidé à travers cet album de nous emmener vers différents horizons et surtout dans des univers musicaux où le groupe n’était pas spécialement attendu. Comme indiqué dans une description, « En 2017, Stand High Patrol propose du Boom Bap des années 90, inspiré par le Jazz des années 60, le tout en bossant sur des machines des années 50 »

De l’univers graphique (signé Kazy Usclef et Charlie Mars) à l’univers sonore, Stand High Patrol nous livre ici 10 pistes (un chouillat trop court) aux allures enivrantes, un retour aux racines et à toutes les influences que le groupe a pu acquérir jusqu’à maintenant.

Pour ne pas partir dans des envolées lyriques et  vous engloutir d’adjectifs mirobolants, voici nos morceaux coups de cœurs de ce projet. Tout d’abord les 2 morceaux dévoilés pour annoncer l’album nous ont tout simplement bluffés et surtout « Tribute To Tha Originators ». Une ballade hip-hop/jazz combinant le flow technique de Pupajim sur la trompette de Merry . Great Combo ! 

« Lobbies are Hobbies » et « Easy Rider » viennent s’ajouter à notre liste de nos morceaux coups de cœurs et nous montre tout le savoir faire du collectif. Rootystep, Mac Gyver, Pupajim et Murry nous avait déjà laissé quelques indices de ce projets à travers leurs mixtapes depuis quelques mois… Et en effet, les influences sont bien présentes, délaissant le temps d’un album le côté dubadub qui leurs colle à la peau depuis tant de temps pour une belle expérience.

stand-high-patrol-the-shift

« Raggamuffin hip hop it’s hot, that style come from the fast chat »

Depuis l’an 2000, Stand High Patrol arrive toujours à se renouveler et à surprendre son public. C’est aussi ça LA force d’un groupe ou d’un artiste, pouvoir sans cesse proposer des évolutions de sa musique tout en restant fidèle à ses influences et sa ligne artistique. Stand High Patrol nous le montre avec brio sur « The Shift » et conclut en beauté sur une ode à la bonne bouffe avec « Dinner Time ».  Un disque à classer entre A Tribe Called Quest, Guru ou encore Miles Davis. 

I’m not hungry anymore

Le message global de « The Shift » est clair, le monde a actuellement besoin d’ouverture d’esprit que ce soit dans la musique, dans la politique ou de façon générale dans la société… Alors on ferme les yeux et ouvre ses oreilles après avoir appuyer sur PLAY. Chapeau bas Messieurs


Stand High Patrol

Facebook  – Youtube Site Internet

A propos de l'auteur

Chef de bord

Chef de meute. Tu me trouveras quelques part entre Bordeaux, Poitiers et La Rochelle, soit dans un festival ou dans une salle de concert.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.